#Lifestyle: Quand une lubie devient un projet

Si vous avez l’habitude de me lire, vous savez surement que je ne sais pas vraiment vivre sans avoir une lubie en tête, de quelque nature que ce soit. J’adore avoir toujours une idée dans un coin. Que je la mène au bout ou pas. Bien qu’il soit très rare que je ne finisse pas ce que j’ai commencé, des fois, on a pas vraiment le choix.

Je me suis aussi rendu compte que je vous parlais ci et là du mag. Mais je n’ai jamais vraiment pris le temps de me poser, et de vous en parler correctement. Le mag va fêter ses un an très bientôt. C’est donc l’occasion de prendre mon courage (et mon émotion) à deux bras (oui, tout ça) pour le faire aujourd’hui.

Et vous de expliquer comment une lubie à laquelle personne ne croyait est devenue un projet.

L’idée sortie de nulle part.

Je ne pourrais pas vraiment vous expliquer le pourquoi du comment m’est venue cette idée saugrenue. Le blog avait à peine quelques mois. Je travaillais déjà beaucoup à coté (souvenez vous, mes deux emplois plus mon entreprise). Mais il faut croire que je n’en avais pas assez. Que je suis une éternelle insatisfaite. Ou alors complètement folle. Vous pouvez barrer la mention inutile.

Une nuit de décembre, alors que je me torturais l’esprit avec mes idées volantes, mon cerveau s’est arrêté sur une en particulier: mais c’est bien sûr! Je vais créer un magazine!

Moi, qui n’avait jamais mis un pied dans le journalisme. Moi, qui ne maitrisait que les bases de photoshop. Moi, qui n’avait aucune fichtre idée de là où ça allait me mener. Dans ma folie non passagère, je me suis dit: et pourquoi pas d’abord.

Etape 1: Mais où tu vas ma grande?

Bah oui, il a bien fallu quand même que je me pose la question. Je savais à peu près ce que je voulais faire.

Un magazine, en ligne, mais présenté comme un vrai sur lequel on peut tourner les pages une à une. Un magazine fun et positif, qui sorte des ordinaires magazines feminins qui nous propose des régimes detox tous les mois. Un magazine ouvert, large, qui traite de nombreux sujet que je n’aborde pas sur le blog. Un magazine coloré.

J’ai réfléchis un peu, et je me suis rendu compte que, je n’avais pas envie de me saigner seule dessus. J’avais envie d’embarquer du  monde avec moi. J’avais envie que ce soit collaboratif, même si je n’avais jamais manager d’équipe avant.

Et puis comme je suis un peu tarée, je me suis dit: bon, on est début Décembre. L’objectif: sortir le premier numéro le 2 Janvier. Oui oui. Soit, un peu plus de 15 jours après.

Challenge accepted.

Étape 2: Recruter une équipe de chroniqueurs au moins aussi fous que moi

Alors là, pour le coup, j’y suis allée au culot. Total. Je vous pose un peu le décor. J’avais donc quelques jours pour recruter une équipe en leur proposant d’intégrer un magazine en ligne mensuel, géré par une nana qui n’y connait absolument rien, le tout devant être prêt sous 15 jours. Voila voila.

C’est la qu’on se rend compte qu’en fait, qu’il y a quand même vachement d’inconscients sur la blogosphère, hein!

J’ai donc réunit mon culot et mon courage dans mon sac à dos, et je suis allée frapper à la porte des blogs.

Je suis tout d’abord allée voir Laurent, Le Parisien Heureux, parce que j’avais eu la chance de tomber sur son blog quelques semaines avant, et nos intérêts communs pour nombre de choses ont fait qu’on avait bien accroché. Il a tout de suite adhéré au projet (grand dieu merci). Nous avons convenu ensemble qu’il s’occuperait de la rubrique humeur qu’il a nommé « Au fait, j’vous ai pas dit ».

L’avoir à mes cotés m’a finalement pas mal débloqué la situation. J’avais une vaste idée des rubriques que je voulais absolument dans le mag: culture (séries TV, cinéma, littérature), mode, beauté, green, voyage, cuisine, portrait et DIY. Et il se trouve que dans son entourage, proche ou virtuel, et bien il avait des victimes recrues potentielles.

C’est ainsi que j’ai kidnappé Fred, Low, et Clairon.

J’ai continué ma recherche, en essayant de ne pas paniquer. J’ai publié une annonce sur différents groupes de blogueurs. Mais je suis aussi allée chasser des têtes moi même.

Ariane est venue me proposer une rubrique animaux. J’ai longuement hésité pour cette rubrique, mais je me suis dit: allons y après tout!

Je connaissais un peu Karyne, qui m’avait pas mal aidé avec mon blog, et sa niche correspondait plutôt bien à la rubrique Green que je voulais absolument avoir pour le mag. Une de plus! Mouhahaha

Je touchais au but, mais rien n’était encore gagné (parce qu’en plus d’être royalement allumée, bah je suis difficile). Et puis je suis tombée sur Cathy et Kerry, et leurs blogs m’ont tapé dans l’oeil. Ni une ni deux, je les ai contacté. Et hop là!

Il ne me manquait finalement que la rubrique beauté. Je peinais à trouver quelqu’un qui sorte des sentiers battus, parce que les blogueuses beautés nian nian, non merci. C’est ainsi que Kerry m’a proposé une amie à elle, blogueuse également. Et que bébé Kary (la plus jeune de l’équipe du coup) a rejoint la joyeuse équipe.

Je me suis alors attelée à l’illustration du mag. Parce que c’est bien beau d’avoir des chroniques, il faut aussi une couverture. Ce qui me paraissait être une montagne infranchissable a finalement été le plus facile à trouver. Je suis tombée sur l’instagram de Steve par le plus grand des hasards! Moi qui suis une fan d’aquarelle… j’ai tenté ma chance en lui proposant le projet, pour qu’il réalise les couvertures et il a tout de suite été emballé.

Il ne me manquait plus qu’un ou une illustratrice pour égayer un peu tout ça. Et c’est sur Hellocoton que je suis tombée sur Marina. Même humour que moi, j’ai tenté le coup. Et BINGO!!

En quelques jours (5 il me semble), j’avais réuni 11 personnes motivées, et dans les starting block, prêtes à faire le marathon avec moi.

Etape 3: Et maintenant ?

J’avais l’idée. J’avais l’équipe. Il ne me restait plus qu’à rassembler le tout. J’avais trouvé une plateforme pour que l’on puisse travailler ensemble: Madmagz. Une plateforme qui me permet d’avoir le squelette du mag, et de recevoir les articles des uns et des autres directement dessus. Je peux ainsi les modifier, leur renvoyer, etc.

J’ai créé un groupe facebook pour que l’on puisse communiquer facilement. Ca a collé tout de suite, l’équipe fonctionnait, et, oh miracle, le 2 Janvier pétante, le numéro 1 sortait. Ce numéro était biiiien loin de ce que l’on fait aujourd’hui.

Etape 4: l’évolution inattendue

Après la publication du numéro 1, nous nous sommes tout de suite mis sur le second. Et c’est là que tout s’est accéléré. Parce que j’ai du recruter de nouveau, j’avais une quinzaine de rubrique à moi seule, c’était intenable sur la longueur. J’ai donc encore recruté trois nouvelles têtes. Kay, Anthony et Cynthia. Puis Mélodie. Puis Azylis. Nell. Karen. Charlène. Joy. Lucrezia. Et Robbway.

Avec l’arrivée de tout ce petit monde, j’ai du réfléchir à une nouvelle organisation. Le groupe Facebook ne suffisait plus. Trop de documents, trop de choses éparpillées entre le groupe, messenger, les mails, etc. Nous sommes alors passés sur le Drive, avec une nouvelle organisation des fichiers, tout en gardant Facebook pour les annonces importantes. Puis pour discuter, et bien nous avons migré sur Slack, qui nous permettait de bien scinder les différentes discussions (entre l’espace café et les différents groupes de réunions).

Certains sont partis. Parfois rapidement. D’autres sont arrivés en cours de route. Peu à peu j’ai appris à mener ma barque, et mon équipe avec. J’ai appris mon rôle de redac’ chef sur le tas, et avec mes chroniqueurs. J’ai enfilé masse de casquettes différentes pour arriver à tout gérer. En plus de mon rôle de « chef » de meute, je dois aussi savoir recruter, jouer les médiateurs parfois, sortir le fouet quand c’est nécessaire, et palier les trous qui peuvent se créer. Comme je le disais dans un précédent article, je suis à la fois redac’chef, chroniqueuse, maquettiste, manager, médiatrice, recruteur, chasseuse de tête, chef de projet, community manager, correctrice, et inspectrice des travaux finis.

Et ça roule!

Nous avons une équipe soudée, toujours prête à dépanner, et tout le monde met ses talents et ses connaissances à contribution. Mention Spéciale à Kay, qui a longuement travaillé sur le nouveau site internet (et que j’ai poussé à la dépression sur la fin 😀 )

Alors, le bilan?

L’une de mes citations fétiches est « Les folies sont les seules choses qu’on ne regrette jamais ». Le mag en est la parfaite illustration.

Une lubie complètement folle qui finalement, m’a apporté tellement. Et c’est avec beaucoup d’émotion que je fais le bilan de cette année extraordinaire.

Je me rends compte de ce que j’ai réussi à faire. De ce que j’ai appris. Des compétences que j’ai acquis. J’ai eu parfois envie de baisser les bras, d’abandonner. Voire de craquer. Ca n’a pas toujours été facile de mener tout ce petit monde, de faire tampon parfois, de remettre quelques pendules à l’heure, de palier aux départs, de contourner les contraintes, et de respecter les délais que je m’imposais.

Mais. J’ai une équipe réellement extra. J’ai rencontré des gens top, des 4 coins de l’Europe, qui sont devenus peu à peu, de vrais amis. Des personnes sur qui je peux compter. Qui me soutiennent. Qui m’encouragent. Qui me motivent. Qui me comprennent, aussi. Parce qu’on est dans le même bateau.

Parce que si, dans l’immédiat, je suis la chef d’orchestre. Il n’y a pas réellement de hiérarchie entre nous. Nous sommes une équipe avant tout. Moi qui de base ai beaucoup de mal à déléguer. Je leur fais confiance les yeux fermés.

Je ne pensais absolument pas vivre tout ceci. Je n’avais pas imaginé, que nous en serions là aujourd’hui. Ni que je m’attacherais autant à mes petits diables. Je n’avais pas pensé que j’aurais tant de fous rires. Que je trouverais certains jours, tant de réconfort.

Ni que je terminerai cet article, sur ces quelques larmes.

Comme quoi, suivre parfois son intuition, ses envies, ses idées, ses lubies… ca peut avoir du bon. Voir de l’excellent.

Si je ne devais écrire qu’un mot pour terminer:

Merci. 

 

 

Et vous, quel a été votre projet le plus fou? 

Publicités

21 commentaires sur « #Lifestyle: Quand une lubie devient un projet »

  1. Putin t’es con tu m’as fait pleurer !!!!! Tu fais chier hein !

    Et dire qu’il y a quelques mois, déjà 7 !!!!! j’avais les pétoches.
    Aujourd’hui aucun regret de m’être embarquée avec toi. Parce que comme je te l’ai déjà dis, j’admire ta capacité à oser et à n’avoir peur de rien. Tu me donnes cette envie de me dépasser, d’essayer. Parce qu’il n’y a que ceux qui n’essaient rien qui n’échouent pas. Mais ce sont les mêmes qui ne font jamais rien.

    Alors c’est à toi que je dis merci ! Merci d’avoir cru en moi, de m’avoir toujours encouragé, de m’avoir donner l’espace pour évoluer, de me permettre d’apprendre un peu plus à chaque édition du mag.

    On t’aime chef ❤

    Aimé par 1 personne

  2. Perso je savais que tu étais folle et par formation professionnelle je savais aussi que tous les fous ne sont pas enfermés. .. Manifestement, tu as su en trouver un certains nombres , bien barrés, mais pas méchants. .. Alors longue vie au mag, au blog, et aux chroniqueurs, car même si je n’aime pas tout j’aime bien feuilleter ce Webzine. ..

    J'aime

  3. C’est vraiment chouette ce que tu as écrit… 😊
    Un bel hommage à toute ton équipe (passée ou présente) et une très belle description de ta personnalité « moulti-tâches » 😀
    Il en faut de la volonté, de la ténacité et de l’optimisme pour gérer tout ça !!!
    Encore bravo et je suis vraiment contente d’avoir pu faire partie de l’aventure des débuts 😊
    Gros bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  4. Crotte. Tu m’as fait verser une larme ! (des restes de dépression ?!? ^^)
    Je suis contente d’avoir fait partie de cette aventure du mag et (finalement) d’avoir subi la torture du site 😀
    J’ai rencontré des personnes qui sont devenus de vrais proches. Plus proches pour certains que ma famille. J’ai trouvé en l’équipe un réel soutien dans mon travail mais aussi dans un moment super difficile de ma vie.
    Je vous aimes tous tellement, nouveaux comme anciens.
    Merci à tous mais surtout à toi Gwen. Pour ta joie, ta bonne humeur, les fous rire qu’on a (surtout quand tu veux nous faire croire que tu as de l’autorité mdr), pour tout l’amour que tu nous donnes (avec ton fouet ;D )
    Love You chef ! ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s