#Blogging: La culpabilité des blogueurs

Les blogueurs culpabilisent. Je vois de plus en plus de post sur les blogs à ce sujet. Enfin à ce sujet, pas exactement. Je m’explique.

Je lis beaucoup de blogueuses et blogueurs qui subissent malheureusement le syndrome de la page blanche. Ou pire: le burn out du blogueur. C’est quelque chose qui arrive régulièrement, et je pense que chaque blogueur a du y faire face ou y fera face à un moment donné. Pourquoi? Parce que bloguer pompe beaucoup d’énergie. Beaucoup plus qu’on ne croit. Et pas seulement dans l’écriture, mais aussi dans le temps qu’on passe à fignoler le design, à répondre aux commentaires aimables comme agressifs, à être présent sur les réseaux sociaux. Il arrive parfois qu’on ait besoin de se retrouver un peu avec soi même.

Mais la principale faille du blogueur convaincu, c’est la culpabilité. La culpabilité de ne pas y arriver, de ne pas assez bien gérer son temps, de ne pas tenir le rythme qu’il s’est fixé, de ne pas trouver de sujets assez inspirants, ou intéressants pour ses lecteurs, de ne pas avoir le temps de répondre à tout le monde, de ne pas être assez présents sur les réseaux, de ne pas répondre aux attentes de sa communauté.

Et cette culpabilité est source de stress, qui est source d’angoisse, qui est source de burn out et du trou noir. Ce qui est source de culpabilité. Cercle vicieux. Extrêmement vicieux. Ou comment une passion peut devenir un vrai cauchemar.

Les blogueurs se mettent la plupart du temps une pression tous seuls. Quoique. Pas tant que ça. A force de regarder sans cesse les blogs influents qui réussissent et postent 7 fois par semaine, à force de suivre les comptes instagram qui publient 24 photos minimum dans la journée, et j’en passe, forcément, on a envie d’en faire autant. On a envie d’être aussi actif. Sauf qu’on se rend vite compte que c’est infaisable. Et pour la simple et bonne raison qu’on a que deux bras et un cerveau ( contrairement à certains qui ont une véritable équipe derrière).

Alors, comment déculpabiliser?

  • Relax! Vous avez créé votre blog par passion ( j’espère), essayez de retrouver ce gout là. Ne laissez pas votre blog empiéter sur celle ci. Gardez bien en vue votre objectif de départ, quitte à vous l’écrire sur un post it et le coller au milieu de votre ordinateur ( bon, pas très pratique j’en conviens, mais efficace).
  • Ne vous imposez pas de rythme. Pourquoi? Parce que vous avez ( certainement) une vie privée, et que parfois il y a des imprévus. Et puis parfois, vous n’avez pas envie d’écrire. S’obliger à poster un certain nombre d’article dans un certain laps de temps vous poussera forcément à culpabiliser quand vous n’y arriverez pas. Et ça tue la créativité et l’envie de créer. Tout simplement.
  • N’oubliez pas que VOUS êtes le maitre à bord. C’est votre blog, votre univers, c’est à vous de mener la danse, vous êtes chez vous. Cela ne vous empêche absolument pas de bien recevoir vos hôtes. C’est un peu imagé, mais l’idée est là. Bloguer comme cela vous chante, personne ne vous en voudra. Personne n’attend absolument votre article le mercredi à 12h06 comme vous le faites d’habitude. Si ce jour là, il est a 17h, et bien il est à 17h. Si ce jour là, il n’y a pas d’article, et bien il n’y a pas d’article. Rassurez vous, vous ne perdrez pas  vos fidèles lecteurs. On n’aime pas un blog pour sa régularité rigide. On aime un blog pour son univers et l’ambiance qu’il en dégage.
  • Prenez le temps. Personnellement je ne suis pas adepte du vite fait bien fait parce que le vite fait est rarement bien fait en matière de blogging. La tendance slow blogging est parfaitement dans cette ligne là: moins bloguer, pour mieux bloguer. Ou encore, privilégier la qualité plutôt que la quantité. Prenez le temps d’approfondir votre sujet, de vous relire, prenez le temps d’apprécier votre article avant de le poster. Certains articles demanderont une heure de temps, d’autres plusieurs jours. Ne vous précipitez pas sous prétexte que vous devez absolument sortir un article cette semaine. C’est un coup à le foirer.
  • Si vous tenez absolument à tenir un certain rythme, alors misez sur le minimum du minimum du minimum. Ainsi, pas de pression, si vous faites votre objectif minimum, tout va bien, et si vous faites plus, alors là c’est l’extase.
  • Gardez en tête que chaque personne est différente. Chaque blog aussi. Certains arriveront à sortir un article tous les deux jours, d’autres, tous les mois. Ne vous comparez pas aux autres, parce que ça ne veut absolument rien dire. Ce serait comme comparer un kangourou avec un kiwi… Un blog qui publie chaque jour pourrait être de moins bonne qualité qu’un blog qui n’en sort qu’un par mois. Et ça, le lecteur ne s’y trompe pas. De même, un blog qui publie régulièrement n’est peut être pas l’œuvre d’un seul blogueur. Mais d’une équipe.
  • Soyez fiers de votre travail. Ne sortez rien tant que vous n’êtes pas fiers de vous. Si ce n’est pas le cas, retravaillez le. Si vous publiez quelque chose qui ne vous plait pas, vous allez stresser encore plus.
  • On ne le répétera jamais assez: un blog prend du temps avant de se lancer. Vous n’aurez pas de partenaire la première semaine. Vous n’aurez pas de suite des milliers de lecteurs ( sauf gros buzz mondial).  Du coup, n’enviez pas ceux qui en ont, c’est un coup à se plomber le moral. D’autant que la plupart de temps, ces blogs ne fonctionnent pas plus que ça, il n’y a pas de lecteurs fidèles, souvent ce sont des achats de clics, des achats de  » j’aime » etc. Le monde de la blogo n’est pas tout beau tout rose, il y a beaucoup de commerce pas net dessous. On n’est pas capable aujourd’hui de définir ce qu’est un blog qui fonctionne, un bon blog. Parce qu’il n’y a pas de formule magique. Il y a ceux qui font leur blog avec leur tripes, et qui ne laissent rien tomber, pour arriver à se construire une communauté. Et puis il y a les  » putaclics », les accros des partenariats et des commissions. A vous de choisir dans quel camp vous souhaitez être.
  • On en revient à la communauté. Mais elle est importante pour vivre son blog sereinement. Vous recevrez évidemment comme tout le monde, des messages haineux. Mettez les de coté. Les rageux, on s’en fout. En revanche, se construire une vraie communauté et la fidéliser est vital pour un blog. Pensez à COMMUNIQUER. Les réseaux sociaux sont là pour ça. Usez en, abusez en. Ils vous permettent de rester en contact quasi permanent avec vos lecteurs et vos abonnés. Vous pourrez même faire de belles rencontres ( parole de scout) et trouver du soutien. Les réseaux sociaux  vous permettent de diffuser votre blog mais pas seulement: vous pouvez interagir avec vos lecteurs, les prévenir que vous prenez une petite pause sans pour autant disparaitre de leur champs de vision, partager avec eux des petits moments de votre vie. Tout cela vous rapproche d’eux, en vous laissant tout de même l’espace nécessaire pour respirer.
  • Et pour terminer: prenez du plaisir. Si vous n’en avait pas/plus, arrêtez tout, prenez un Mojito sur votre terrasse/balcon/devant votre fenêtre. Si vous sentez que vous perdez pied, que le blog devient une contrainte, que ça vous coute plus que ça vous apporte, c’est le moment de prendre du recul et de se poser un peu hors de la blogosphère. Personne ne vous en voudra, et vous verrez que tout le monde comprendra. Parce que le burn out, le petit coup de déprime, la disparition de l’inspi, tout le monde la connait. Tout le monde. Du patron de boite qui ne compte plus ses heures à la mère au foyer qui mettrait bien ses gamins à jouer au milieu de l’autoroute pour avoir la paix ( rien qu’une minute, hein !).

 

Pour résumer tout ça, la culpabilité de ne pas suivre est un mal qui se répand comme la poudre sur la blogosphère. Une pression qui s’installe, petit à petit, et qui bouffe de l’intérieur jusqu’à la fissure.

Pour ma part, je me force justement à ne pas me dire  » oh merde, j’ai rien posté depuis une semaine ». J’ai rien posté, et alors? Le monde va t’il s’arrêter de tourner? Non. Et mon blog non plus. Bien au contraire même.

Et quand on a compris ça, bloguer devient uniquement du pur bonheur chaque jour. Zéro culpabilité.

 

Et vous, avez vous connu ce petit moment de doute/déprime/raz le bol? Comment êtes vous passés au dessus? 

Publicités

27 commentaires sur « #Blogging: La culpabilité des blogueurs »

  1. Merci beaucoup pour cet article ! J’ai eu un petit burn out du blogger il y a quelques temps avec beaucoup de stress car je n’y arrivais pas. J’ai relâché la pression et maintenant je fais ce dont j’ai vraiment envie ! Je pense que les efforts payeront un jour et sinon tant pis, l’essentiel pour moi est d’avoir une vraie petite communauté.

    Bisous
    Mathilde’s Closet

    Aimé par 1 personne

      1. C’est comme ça que je souhaite commencer. Sans pression. Et c’est sans doute comme ça que je vais continuer xD C’est avant tout pour moi même. Tu as mis combien de temps à décoller ton blog ?

        J'aime

      2. Je ne saurais pas dire si mon blog a decollé ou pas, en fait ça depend beaucoup des articles je trouve. Certains articles vont faire 400 vues, d’autres, une cinquantaine. J’ai commencé à avoir une certaine stabilité au bout de deux mois.

        Après, au niveau de mon magazine ( le LLDR, Le Mag) , le premier numéro avait fait 400 vues, le second en est à plus de 700. J’espère que ca ira en augmentant avec les futurs numéros.

        Aimé par 1 personne

  2. Coucou,
    Je ne culpabilise pas car je m’organise, du coup je sors 3 articles par semaine (en ce moment 4 ahah !), mais avec un bon planning, je peux le faire donc ça me plaît car je débloque des heures de blogging régulièrement mais c’est vrai que c’est pas toujours évident car on se dit parfois que ce n’est passez alors qu’on y passe déjà tellement de temps^^
    Bisous à toi 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Ahah ton article tombe à pic, ça fait 3 soirs que je me dis que je vais finir mon article pour lundi mais j’y arrive pas… Avec les 3 loulous (dont un bébé ) je suis épuisée et pas sûre que ce soit mieux avec les vacances ahahah… J’essaye de m’organiser du mieux que je peux mais je suis souvent prise par le temps. Je me mets parfois la pression mais je me ressaisie rapidement car j’ai lancé mon blog grâce à mes enfants et c’est eux qui ont le plus besoin de moi.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, il faut relativiser. Chaque chose en son temps, et les priorités en premier. Je crois que pour tenir un blog, il faut être au calme, concentrée, et la tête rien qu’à ça le temps où on est dessus ^^ Si on fait 50 choses à la fois a ne fonctionne pas. Mine de rien ça demande de la concentration :p

      J'aime

    1. Ca me fait plaisir 🙂 et c’est vrai. Il y a des jours ou je vais passer ma journee sur le blog. Et puis certains ou je me dit  » aller aujourd’hui j’ai pas envie nah! » :p par contre j’essaye de ne pas rester trop loin des RS, bon aussi parce que j’en suis accro :p

      J'aime

  4. Personnellement je suis en plein doutes écrire en restant moi même ou être plus informelle. J adore écrire mais dans la vie il y a des priorités et parfois difficile de laisser l’écran de côté. Bonjour l accro. Ton article est intéressant merci et à bientôt.

    Aimé par 1 personne

  5. Mais que voilà un article qui fait du bien! Merci, c’est plein de bon sens, évident presque mais….on perd vite de vue tout cela 😀 et oui, ça ne sert a à rien de flipper quand on entends des blogueuse dire qu’elles ont un mois d’avance sur la rédaction de leurs articles…si nous on ne fonctionne pas comme cela, ça ne sert à rien d’essayer de se caler sur ce rythme! L’important c’est la qualité 🙂 Pour le moins qualitatif, les petits coucou ou réflexion, la page FB d’un blog joue très bien ce rôle je trouve 🙂

    Merci!!!

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai plusieurs d’articles d’avance, mais parfois je les publies après des articles que j’écris bien après ces premiers ( je sais pas si je suis claire) . Mdrrr j’ai aucun rythme précis c’est un peu le bazar. Spontanéité^^

      Aimé par 1 personne

  6. J’aime beaucoup ton article. Je débute dans le blogging et il est vrai que je mets une grande pression pour bien faire parce que j’ai toujours l’oeil sur ce que font les bloggueurs « influents » alors qu’au final je ne devrais pas parce que cela a le don de me complexer à mort. Comme tu le dis, l’important c’est de prendre plaisir à bloguer et d’écrire comme/quand on le sent et j’essaie de garder cela en tête le plus possible.

    J'aime

  7. Ahaha cet article tombe à pic ! J’étais justement en train de me dire « t’abuses meuf, tu publies un article tous les 10 jours ». J’ai pas le temps, je prends pas le temps. Mais tant pis !
    Merci pour cet article qui permet de déculpabiliser 😉

    J'aime

  8. Hello! Bel article et tu as raison de nous rappeler de ne pas culpabiliser! C’est un de mes plus gros défauts d’ailleurs, j’ai tendance à culpabiliser quand je n’ai rien posté sur le blog et surtout j’ai peur de perdre mes lecteurs mais tu as raison: mieux vaut ne rien publier que de publier quelque chose qui ne donne pas envie d’être lu ^^
    Je m’oblige d’ailleurs dès fois à ne rien publier car je ne suis pas dans l’humeur adéquate pour cela, et finalement il y a des fois où la motivation revient toute seule 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s