#Lifestyle: Avoir un animal à la maison

J’ai toujours eu l’habitude d’avoir des animaux autour de moi. Chat, chien, lapin, cochon d’inde, hamster, et parfois le tout en même temps. Je ne me vois pas vivre sans un petit compagnon. Aujourd’hui j’en ai deux. Hivy, une chatte de type gouttière et Henzo, un golden retriever. Ils ont tous les deux 4 ans, ils ont 9 mois d’écart.  Ils s’entendent à merveille, surtout, surtout, pour les bêtises.

C’est Hivy qui a la place de “ dominante”, il faut dire que Henzo est un gros chamallow et ne dis jamais rien. Si vous êtes sages, je mettrais des photos à la fin de l’article. 

Adopter un animal signifie beaucoup de choses et change le quotidien, forcément. C’est contraignant, souvent.

Vous voyez arriver le coup de gueule?

Il y a bien un ou deux ans, des voisins ont adopté un chaton pour faire plaisir à leur gosse. Un chaton c’est mignon oui oui oui. Sauf que. Ils le laissaient généralement dehors, de jour comme de nuit, et le chaton très bavard venait pleurer sous nos fenêtres. Puis a commencé à rentrer chez les voisins qui laissaient les fenêtres ouvertes. Non castré, il a ensuite eu des envies pressantes sur les murs du salon d’une voisine. Régulièrement. Quand on leur a demandé de castrer leur chat, la réponse était tout à fait.. euh.. voyez par vous même “ on a pas l’argent pour ça!” ( j’imagine donc pour les vaccins).  Puis, quand il avait faim, il allait directement se servir chez les uns et les autres. On ne peut pas lui en vouloir puisque chez lui…

Il y a quelques mois, ces voisins ont déménagé. Bien bien. Mais ils ont oublié un petit truc. Le chat. Bah oui, pourquoi s’encombrer.. Donc depuis, le chat erre dans la cours. Il dépérit, est maigre au possible, et se bat de plus en plus avec les autres. Nous avions décidé au début de ne pas le nourrir nous, ayant chacun nos animaux à la maison, dont certains déjà recueillis de la rue, et nous esperions qu’il parte de lui même. Mais nous avons fini par craquer et lui donner ci et là un repas. Plus ou moins à tour de rôle, un bol de croquette, une part de quiche.. Nous lui avons même trouvé une nouvelle famille. Il est parti. Quelle fut pas notre surprise de le voir de nouveau errer dans la cours 15 jours plus tard… Il se couche toujours devant la porte de ses anciens “ propriétaires”. Il a repris un peu de poid, mais ce n’est pas la joie. Il a quelques plaies, de s’être battu surement. Bref, un chat malheureux.

Une des voisines a croisé l’ancienne voisine et lui a parlé du chat. “ Ouais ouais, on verra”. Le chat est toujours là.

Ce genre de comportement est pour moi une honte. Pire. Ca mériterait un bon coup de pelle dans la gueule. Quand on adopte un animal, c’est jusqu’au bout! On l’assume, sinon on en prend pas et on propose une peluche à son môme! Quel est l’intérêt de prendre une bête pour la rendre malheureuse, là j’avoue, le raisonnement m’échappe. Attendez que je les croise… Ces gens là n’ont donc aucune morale, aucune conscience, et sont d’une méchanceté incroyable. Il y a d’autres solutions quand on ne veut plus d’un animal, aussi aberrant soit il,  que de l’abandonner à son sort. Oui, un chat survivra dehors tout seul. Mais dans quel état?? Pourquoi ne l’ont ils pas confié à une autre famille, sur le bon coin par exemple. Pourquoi ne l’ont il pas déposé chez un vétérinaire, un refuge ou à la SPA? Est ce que c’était trop difficile? Visiblement oui. Ca me fout hors de moi.

Il y a peu également, je suis tombée sans le vouloir sur des images sur Facebook. En survolant rapidement il m’avait semblé voir un chien qui dormait sur une berge, et le hasard a fait que ce chien ressemblait comme deux gouttes d’eau au mien. J’ai donc cliqué pour agrandir. ET LA!! Le choc. Il s’agissait en fait, d’un témoignage d’un homme qui venait de retrouver un chien noyé par son maître, dans le canal, avec photos à l’appuie… Comment vous dire que mon sang n’a fait qu’un tour, j’en ai eu la nausée en imaginant que quelqu’un puisse noyer son chien volontairement… j’ai regardé le mien.. Non, vraiment, je ne comprends pas…

Encore une fois, pourquoi en arriver là? Comment peut on s’en prendre à un animal qui n’est qu’amour. Je passe bien sûr sur toutes les vidéos monstrueuses de torture animale qu’on peut croiser ici et là. J’ai encore le son en tête d’un pauvre chaton que son maître battait sous la douche, chaton qui pleurait toute sa douleur…. Insoutenable.

Quand je vois les miens… Ils font des bêtises, certes. Comme tout le monde j’ai envie de dire. Mais, quand on rentre du boulot, ils sont là à nous attendre comme si on était parti un mois. Quand ils sont malades, j’en serais malade aussi. Un jour, Henzo s’est sauvé. c’était la première fois ( et la dernière jusqu’à maintenant). On devait aller dans un parc d’attraction ce jour là ( il a bien choisi son moment). On a fait tout le tour de la ville avec mon père, mes frères et ma sœur, j’en tremblais, au bord des larmes, j’ai ratissé tout le périmètre. Je crois que j’ai rarement eu aussi peur de ma vie, pourtant il était juste dans la rue d’à côté quand mon frère l’a retrouvé.

En bref, je ne pourrais jamais, JAMAIS, comprendre qu’on abandonne salement son animal, qu’on le maltraite, voir pire. Comment peut on ne pas envisager la détresse de son animal. Comment peut on s’en foutre à ce point. Fin du coup de gueule.

Avoir un animal n’est pas seulement avoir une déco vivante chez soi. Il y a des bons, et des mauvais moments, mais très vite les bons reviennent.

Avoir un animal, c’est:

  • Avoir des câlins tous les jours sans réclamer ( ou presque).
  • Voir dans leurs yeux qu’on est leur plus grand amour
  • Les petites actions trop mignonnes qui nous font mourir de rire
  • Selon l’animal, c’est aussi pouvoir faire des rencontres en le promenant ( évidemment avec un poisson rouge c’est restreint)
  • Ne jamais se sentir seul.. Jamais!

Avoir un animal, c’est aussi:

  • Passer l’aspirateur tous les jours parce que sinon on se retrouve avec une moquette de poils. Véridique. .
  • Se rendre malade quand il l’est. Le veiller, parfois toute la nuit, pour être sur que tout va bien. ( Rip à mes nuits blanches pour leurs gastros, à nettoyer, faire du riz, re nettoyer, vérifier qu’ils s’hydratent, les câliner, alors que j’avais moi même 40 de fièvre et une grippe bien ancrée)
  • Se ronger les ongles au sang quand il se sauve. Ou qu’il ne rentre pas comme d’habitude. ( Cf: histoire plus haut)
  • Ne pas pouvoir travailler sur l’ordinateur tranquille sans qu’il vienne envahir tout l’espace ( exemple, là, j’ai le chat sur les genoux, le chien qui glisse son nez sous mon bras pour que je m’occupe de lui…Pratique.. )
  • Rentrer du boulot et parfois, trouver la poubelle étalée de la cuisine au salon (Big up à Henzo qui tente de camoufler sa bêtise en se couchant dessus)
  • Cuisiner et le retrouver la tête dans le pot de crème ( Hivy et la blanquette…)
  • Se battre avec lui pour lui donner ses médicaments, l’anti puce, ou autre ( Henzo lui, adore ça, à tel point que j’ai des médicaments à prendre il attend sagement à mes pieds des fois que… Hivy c’est une autre histoire)
  • Acheter des montagnes de jouets et de paniers alors qu’il préféra les cartons ou les chaussures qui trainent
  • Ne plus pouvoir aller aux toilettes sans voir des pattes passer sous la porte et attraper le tapis ( ou tout autre objet qui traîne, par exemple, les orteils)
  • Pouvoir dire adieu à ses meubles ou décoration sans regret ( ou presque) ( Henzo, petit, à voulu se faire les dents… Sur la table basse… et sur les coussins)
  • Accepter de finir trempé et plein de poils après son bain trimestriel ( rappelez vous de beethoven, bah c’est un peu ça)
  • Ouvrir et fermer la porte ou la fenêtre environ 150 fois par jour
  • C’est survivre aux attentats dans les escaliers quand il a décidé de vous suivre au plus près.. Voir de trop près…

En conclusion, avoir un animal, c’est en prendre soin, prendre ses responsabilités, s’en occuper, quelques soit le temps ou notre état,  frôler l’ulcère, avoir envie d’en faire des moufles parfois, et puis, l’aimer quand même.

Et en petit bonus rien que pour vous. Henzo et Hivy.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

2 commentaires sur « #Lifestyle: Avoir un animal à la maison »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s