#Lifestyle: Wipa, une petite fille, un grand engagement

Je ne pouvais pas vraiment démarrer ce blog, sans parler d’une des causes qui me tient le plus à cœur. Si vous avez lu ma présentation, vous savez que la cause de l’enfance, l’éducation, le développement, l’ouverture d’esprit sont pour moi des valeurs importantes. C’est donc tout naturellement, que j’ai pris une des décisions dont je suis le plus fière jusqu’à maintenant. C’est ce dont je vais vous parler aujourd’hui.

Le jour de mon mariage, ma meilleure amie m’a fait un discours qui me tire encore des sourires, des rires, mais aussi des larmes. Des larmes, parce qu’elle a su trouver les mots et toucher la corde sensible, celle de mon engagement – vous ne voyez pas où je veux en venir, mais ça arrive- . Le jour de mon mariage, elle a en effet déterré notre vieux journal intime commun, un journal que nous tenions à deux, il y a une quinzaine d’années. Le jour de mon mariage, elle en a lu un extrait. Extrait qui a déclenché mes larmes. De joie. De fierté. D’émotion tout simplement.

Voici la partie qui, alors que jusque là j’avais réussi à ne pas pleurer ( de trop) m’a transformé en fontaine:

“ On avait écrit une page de présentation. Une chacune. Nous y avions noté nos projets pour l’avenir.  En 2004, à 14 ans, “Roxelane”  écrit, je cite “ Je veux parrainer un enfant en Asie, pour aider cet enfant. Ou créer une association pour aider les enfants en difficulté. Oui. Ça se fait.” J’ai trouvé ça assez fou, en sachant qu’aujourd’hui, dix ans plus tard, elle est marraine de la petite Wipa en Thailande”

Vous l’aurez compris, je suis ce qu’on appelle entre nous, marraines dans différents pays, une marraine du monde. C’est un projet qui me tenait à cœur depuis longtemps, même si je ne me souvenais pas que ça remontait à si loin.

Je me souviens parfaitement avoir vu une pub pour une association de parrainage dans un magazine, qui devait être Minnie Mag. J’avais flashé dessus, déchiré la page et je l’ai gardé un moment. Cette idée ne m’a plus jamais quitté.

Parrainage Wipa

Pourquoi avoir voulu parrainer?

Il y a tellement de raisons… tellement! Je voulais offrir à un enfant la chance que j’avais eu moi, de naître dans un pays où l’éducation, l’hygiène, la scolarisation sont normales, au quotidien. Je voulais permettre à un enfant de réaliser ses rêves. D’aller le plus loin possible dans son cursus scolaire. De lui donner une chance de voir plus loin que son village. Je voulais donner la chance à un enfant et sa famille, de manger à leur faim. Je voulais voir le sourire d’un enfant, qui n’a pas eu la même chance que nous, voila tout. Et le parrainage m’a apporté bien plus.

Pourquoi avoir choisir l’Asie, et principalement la Thaïlande?

Ca n’a pas été a proprement dit un choix de continent. Plus jeune j’étais apparemment déjà fixée sur l’Asie, mais quand j’ai décidé de me lancer, soit dix ans plus tard, à 22 ans, j’ai vu les choses sous un autre angle. J’ai d’abord choisi une association dont les valeurs et l’éthique se rapprochaient des miennes. Une association proche des enfants, et des parrains. Une petite association avec qui le contact passait vraiment bien. Sur laquelle j’avais des retours de parrains et marraines. J’ai donc fuit les grosses associations qui couvrent plusieurs pays. Et qui coûtent un bras. Pour pas grand chose. Et je suis tombée sur cette association, en Thaïlande. Coup de cœur. Et tout a commencé comme ça.

Concrètement, qu’est ce que ça donne?

Je parraine donc avec l’association ABCD pour Tous, qui se situe en Thaïlande, mais dont le siège se trouve en France, puisque Sophie, la responsable, est belle et bien française. Elle vit dans les villages du Nord de la Thaïlande, en pleine jungle, depuis plus de 20 ans. Elle connaît très bien chaque famille et les suit de près.

Je donne 14 euros par mois ( déductibles à 70% des impôts). Ça peut vous paraître peu surement. Que peut on faire avec 14 euros… C’est vrai que chez nous, eh bien, au mieux, on se paye un repas au mac do, ou bien un livre de poche.

Avec 14 euros, j’offre à ma petite protégée: un gros sac de course tous les mois ( pâtes, riz, céréales, farine, sucre, jus d’orange, lait, shampoing, savons, viande séchée, etc… ), avec de temps en temps, un petit supplément ( un parapluie, une doudoune, des bonnets, des bouillottes, des chaussures, des arbres fruitiers, etc). Deux fois par an, l’équipe leur fournit une trousse à pharmacie complète ( pansements, désinfectant, anti poux, vermifuges, vitamines, etc). Une fois par an, les enfants reçoivent du matériel scolaire ( voir parfois, cartable et uniforme).

L’association améliore aussi régulièrement les conditions de vie des villages: construction de wc et douches, installation de l’eau courante et de l’électricité, réparation des toits…

J’ai commencé le parrainage en 2012. J’ai “ choisi” ma filleule dans l’album des enfants à parrainer. J’ai craqué sur sa bouille. Elle avait 5 ans et demi. Elle est née le 24 Décembre, elle est d’ethnie Karen, et rêve de devenir maîtresse d’école. C’est une petite fille sage, souriante, affectueuse. Et douée à l’école. Elle se nomme Wipa.

J’en vois beaucoup venir: ouiii, ces associations, c’est de l’arnaque. J’ai entendu ce genre de réflexion pendant de long mois et je l’entends encore. Beaucoup ne comprennent pas l’engagement que je tiens. Parce que c’est bien plus qu’un engagement. Nous avons chaque mois quelques photos, lors de la distribution des sacs de courses. Je lui offre aussi régulièrement des petits cadeaux, achetés directement sur place par l’équipe à ma demande, ou bien envoyés par la poste. Nous échangeons des courriers. Petit à petit nous avons créé des liens. Son sourire me fait fondre. Et son petit V avec ses doigts également.

Mais, la consécration fut pour notre voyage de noce, où nous sommes allés…. en Thailande bien entendu. D’abord Bangkok ( je vous ferais un petit billet dessus), puis nous avons filé dans la jungle, où nous avons vécu à quelques mètres de son village, à la dure ( sans eau, ni électricité). Nous avons pu rencontrer notre poupée, sa famille, ses amis, découvrir son environnement. Nous avons aussi participé aux distributions avec l’association dans différents villages. Nous n’étions pas venu les mains vides puisque nous avions organisé une cagnotte avant de partir pour les familles non parrainées. Nourriture, jeux, les petits étaient ravis.

Nous avons donc pu voir, toucher du doigt le travail ( de fou) de l’équipe de l’association, directement sur place. Et croyez moi, c’est un sacré boulot! Nous sommes rentrés à Bangkok, crevés, contents de retrouver notre confort, mais heureux et des étoiles plein les yeux.

Pour ceux qui souhaitent suivre mon aventure, mon engagement, j’ai créé un blog exprès:

Les étoiles du monde

 

Parrainage wipa

J’ai aussi rédigé un article pour le blog de mon ami LPH, que vous trouverez juste là. Voilà, certainement l’engagement le plus utile que j’ai pris dans ma vie. Il parait que le virus du parrainage est contagieux, et s’amplifie avec le temps. Il est vrai que l’on craque vite pour ces petites bouilles en attente d’un parrain ou d’une marraine.

Toutefois, pour des raisons financières, nous avons préféré s’arrêter à une seule petite puce.

Mais toujours désireuse d’améliorer le quotidien d’un enfant, je commence à me pencher sur l’idée du parrainage de proximité, qui consiste à aider, accueillir, quelques heures, quelques jours, un enfant de son quartier, de sa ville ou aux alentours. Un enfant en difficulté familiale ( famille monoparentale, en difficulté financière ou sociale, ou encore un enfant placé). Le but n’est absolument pas financier ( c’est totalement gratuit), il s’agit seulement de lui ouvrir de nouveaux horizons, de lui permettre de sortir de son quotidien, de lui proposer diverses activités ( selon vos envies, vos moyens, de l’après midi à la bibliothèque aux vacances à la mer en passant par la confection d’un gâteau ou une inscription en club sportif). Cela ne demande qu’un peu de notre temps. Il s’agit d’être un repère extérieur au cercle familiale, un appui pour son épanouissement.  Alors pourquoi pas?

 

Suite au prochain épisode.

Publicités

5 commentaires sur « #Lifestyle: Wipa, une petite fille, un grand engagement »

      1. J’y pense depuis quelques temps à parrainer un enfant mais je ne sais par quelle association passer pour ce faire. Peux-tu m’en dire plus sur l’association qui s’occupe de ton parrainage ? Es-tu sûre de leur sérieux ? Toi qui a été sur place font-ils vraiment ce qu’ils promettent ?
        Merci pour tes réponses 🙂

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s